entretien« Tous les ans, on voudrait qu’ça r’commence…la, lalala »…euh, en fait non. Tous les ans, on essaie de se rappeler ce que nous avons fait il y a 11 mois et 15 jours, parce que ça on n’avait pas pu en parler lors du dernier entretien …et c’est bête parce que c’était vraiment bien. Alors, il est où mon agenda, que je me re situe, ou alors avec mes mails…tiens je vais passer en revue mes 2350 mails envoyés depuis, et les 3220 que j’ai reçus…on ne sait jamais, je fais tellement de choses que je ne voudrais pas oublier celle qui va faire tout basculer dans le « tu-es-géniale-bien-sûr-que-je-vais-t’augmenter »…Ensuite il faudra déjouer les pièges du genre : « ton année a été super, tu as bien progressé, tu ne dis plus tout ce que tu penses au moment où tu le penses (ça c’est bien moi), en bref tu as fait des merveilles, « MAIS » le 15 avril 2011, à 15h34, tu n’étais pas de bonne humeur, ça n’est pas très bon pour l’évaluation :o/

Bon, une fois que j’ai tout rassemblé pour prouver à mon chef vénéré que je suis super, juste au cas où il ne s’en soit pas aperçu depuis 1 an, il faut encore que je lui dise ce que j’aime chez lui, et ce que j’aime moins…Et là, on peut frôler le drame…Ils sont marrants en RH, ils nous demandent de répondre à ces deux questions, mais la réponse à la deuxième est plus que sensible. En fonction du chef que l’on a il vaut mieux en effet éviter de lui trouver un quelconque « point à développer » : un simple « nous avons un rapport de confiance qui me laisse suffisamment d’autonomie et je souhaite que cela continue » me semble tout à fait approprié, et plus sûr ! Pourquoi pensez-vous que tout le monde se souhaite « bonne chance » avant ce fameux entretien (quand je dis « tout le monde », c’est dans mon service…c’est un peu particulier) ? On a passé le Bac, autrement plus stressant et déterminant, toute proportion gardée, et puis les autres diplômes, on a affronté les grands jurys en fin de parcours, les entretiens de recrutement, alors quoi, cette année, je décide que je ne vais pas me laisser intimider…j’en ai vu d’autres. Quelques heures de préparation, un petit apéro la veille que vont adorer mes deux ladies pour me changer les idées, et le tour sera joué. Affaire à suivre…