double vie

Il parait que c’est toujours quand on ne s’y attend pas que ça arrive. Alors, c’est vrai que je ne m’attendais pas à partir en laissant mes clefs toute la journée sur la porte, je ne m’attendais pas non plus à cette fuite d’eau dans la dalle du salon, ni à me faire fracturer une vitre de voiture, ni à rencontrer personne, vu que je fais tout pour que cela n’arrive pas. Seulement voilà, le destin est facétieux. J’ai donc fait réparer la vitre, la fuite, j’ai retrouvé mes clefs, mais pour le reste, je cherche le mode d’emploi. Il est là, sans l’être vraiment, et aux questions habituelles de toute débutante « est-ce que ça va durer (ou plutôt combien de temps ça va durer…je n’arrive pas à me dire que ça peut ne pas se finir), est-ce qu’il va m’envoyer un message, et quand il ne parle pas à quoi il pense »…bref, que des trucs de filles qui nous rendent la vie impossible, il y a encore pire à gérer.  Oui, parce que si ce n’était que ça, on va dire que ces questions là mine de rien, je finis par arriver à ne plus trop me les poser, en ayant décidé de croquer la vie à pleines dents, comme une belle pomme…et c’est connu depuis longtemps, les femmes aiment les pommes… En revanche, ce qui est beaucoup plus compliqué, c’est de devoir me glisser dans une cabine téléphonique tous les vendredis soirs, faire trois tours sur moi-même pour me transformer, un coup en « super-maman » et la semaine suivante…en quoi ? « super-petite-amie-qui-ne-réalise-pas-qu’elle-n’est-(momentanément…argh décidément, les habitudes ont la vie dure )-plus-célibataire » ? Mon cœur va finir lâcher, c’est sûr, avec les exercices que je lui impose…Ca fait quelques années que je l’endurci, trop c’est vrai, à ne pas s’exprimer parce que, je ne sais même plus pourquoi d’ailleurs, pour ne pas qu’il se blesse, et qu’il m’emporte avec lui…sûrement ! Mais c’est comme avec les enfants, avec les ladies pourtant, j’ai bien compris que je devais leur laisser faire leurs propres expériences et que c’est à partir de ça qu’elles apprendraient ce qu’il faut ou ne faut pas faire…Alors, pourquoi pas avec lui ? C’est peut-être aussi que parce que si une lady tombe, mine de rien ça me fait moins mal…même si bien sûr en tant que super-maman j’ai mal quand elles ont mal… Donc me voilà, en plein brouillard, à me dire, et pourquoi pas, mais non, peut-être, et au bout d’une semaine passée à mener de front mes vies de maman, collègue, amie, voisine, et j’en passe, je me retrouve dans ma peau de…femme. Je l’avais presque oubliée celle-là, à force de ne plus m’en occuper. Et qui dit peau de femme, dit cerveau de femme (si, si, nous en avons un). Et là, c’est le début des emm…et oui parce que bien sûr, en mode je-fais-ce-que-je-veux-cette-semaine, tout va bien, je vois les copines, l’élu (un peu), re les copines (il faut bien leur raconter par le menu chaque phrase échangée, et analyser tous les sens cachés bien sûr que chaque mot pourrait avoir)…et poufff…la semaine suivante, le soufflé retombe…et ça n’a rien à voir avec le fameux « loin des yeux loin du cœur »…pas au bout d’une semaine. C’est que le vide laisse tout le champ libre aux tergiversations, et est-ce qu’un jour je présenterai quelqu’un (lui ou un autre) aux filles, et est-ce qu’un jour je supporterai à nouveau quelqu’un à la maison, qui mette ses pieds sous la table, qui ne ferme pas le dentifrice, qui laisse trainer ses affaires, mais je m’emballe, parce Lui ne fait pas tout ça, il est plus maniaque que moi (en même temps c’est facile il n’a pas d’enfant)…mais quoi, qu’est-ce que je viens de dire, il n’a pas d’enfant ??? Mais alors, ça ne peut pas durer entre vous mon petit…tu ne vas pas remettre ça ? A ton âge, tu n’y penses pas ! Oui, parce que tout ça c’est ce à quoi j’aurais droit si d’aventure je m’aventurai par là…Mais bon, laissons ce point de « détail » de côté, ce n’est pas le sujet du jour. Donc voilà mon problème, c’est ma double vie…je ne sais pas comment font Clark Kent, ou Bruce Wayne pour gérer tout ça, parce que moi j’avoue que c’est un peu difficile et parfois je me sentirais presque schizophrène. Une de mes vies prend le dessus sur l’autre et tente (jusque là avec succès) de faire comme si la seconde n’existait pas. Mais non, je me révolte, je proteste contre tant de malveillance…je crois surtout que la première a peur…on ne sait jamais, si je rencontrais quelqu’un avec qui ça marchait ! Il faudrait tout recommencer…on s’aime (pour de vrai ce coup-ci), on vit ensemble, on part en vacances ensemble, on fait des projets ensemble, on se dispute, on se réconcilie, et c’est fini…c’est bien lui, plus besoin de chercher, plus de regards condescendants qui ne comprennent pas pourquoi vous qui êtes si jolie, si drôle et si sympathique, vous ne trouvez pas de mari…mais quel problème avez-vous donc ? Mon dieu que c’est (que je suis) compliqué(e)….Alors, première bonne résolution (nous sommes le 1/07, il était temps) : laisse-lui une chance, prends ce petit bonheur que la vie te donne, s’il doit s’arrêter, retires-en l’expérience qui te fera grandir, et s’il dure…